André Louis (1901-1970)

André Louis André Louis, ingénieur agronome, découvre la philosophie ésotérique de Rudolf Steiner grâce à la lecture de Triades, la revue de l’anthroposophie. Avec les Psaumes, celle-ci devient l’un des piliers de sa pensée religieuse. Elle complète son approche déiste mystique proche de la tradition agrarienne de l’entre-deux-guerres.

En 1948, André Louis, alors directeur des services agricoles de la Charente, participe aux Journées de l’Humus organisées par André Birre. En 1958, il crée, avec ce dernier et Mattéo Tavera, le Groupement d’agriculture biologique de l’ouest (GABO, rebaptisé en 1962 « Association française d’agriculture biologique » ou AFAB). En parallèle, il enseigne au Lycée agricole de Bordeaux-Blanquefort.
Certaines dissensions avec Raoul Lemaire et Jean Boucher incitent André Louis, André Birre et Mattéo Tavera à créer en 1964 leur propre structure en faveur de l’agriculture biologique : Nature & Progrès, Association européenne d’agriculture et d’hygiène biologique. André Louis devient le vice-président de l’association nouvellement créée. Il lui apporte une vision agronomique tirée des écrits de Steiner et de Howard.

Par la suite, il n’hésitera pas à évoquer les innombrables victimes « plus ou moins ruinées et dégoûtées à tout jamais de la culture biologique » par la méthode Lemaire-Boucher. André Louis et Mattéo Tavera sont régulièrement sollicités par le naturopathe André Passebecq et participent à ses nombreuses conférences. C’est au retour de l’une d’elles qu’André Louis et Mattéo Tavera trouvent la mort, dans un tragique accident de voiture.