Henri-Charles Geffroy (1895-1981)

Henri-Charles Geffroy Gazé à l’ypérite pendant la Première Guerre mondiale, Geffroy s’en sort, selon lui, grâce à un régime alimentaire excluant les produits industriels et la viande. A partir de là, il milite pour changer radicalement la façon dont les Français s’alimentent. Pour diffuser ses idées sur « l’alimentation saine », il fonde en 1946 la revue La Vie Claire, dans laquelle il fait abondamment référence à Alexis Carrel. La revue comporte différentes rubriques, allant de « La vie de Jésus » aux « Cours d’astrologie » en passant par la radiesthésie des aliments et « l’appel de la terre ». Henri-Charles Geffroy donne de très nombreuses conférences et publie régulièrement des livres. Ainsi, il dénonce le fait que « la civilisation, le machinisme, le développement du commerce et de l’industrie ont peu à peu modifié la composition des aliments de base, enlevant ceci, ajoutant cela, et il en est résulté des troubles profonds dans les diverses fonctions de l’organisme humain, dont la maladie est le signe. » En 1948, il crée une coopérative pour fournir aux abonnés des « aliments sains », principalement des fruits et des légumes cultivés sans engrais chimique, et du pain complet. En 1951, Henri-Charles Geffroy crée la société L’Aliment sain, rebaptisée en 1965 Société française de l’Alimentation saine, qui met en place les bases d’un réseau national distribuant uniquement des produits portant le « timbre de garantie de la Vie Claire ». Franchisés, ces magasins portent alors l’enseigne Maisons de la Vie Claire, et s’implantent partout en France. En 1958, Geffroy rencontre Henry Coston, l’auteur de Les Juifs et leurs crimes, avec qui il se lie d’amitié. Les livres de Coston seront dès lors diffusés dans les magasins La Vie Claire. En 1980, au bord du gouffre, La Vie Claire est rachetée par le Groupe Bernard Tapie.