Raoul Lemaire (1884-1972)

Fils d’épiciers, négociants en grains et meuniers, il reprend l’affaire familiale en 1909. En 1931, il fonde l’une des premières maisons de produits naturels. Son réseau, qui comptera une centaine de boulangeries à Paris, distribue le fameux « pain Lemaire ». En 1934, il tombe malade et se rétablit grâce aux conseils du Dr Paul Carton, un naturopathe hygiéniste qui deviendra un de ses maîtres à penser. En 1941, il crée sa nouvelle affaire : Service de Vente des Blés Lemaire (SVB Lemaire). A partir de 1959, il entreprend la réalisation d’une méthode d’agriculture excluant l’emploi d’engrais et de pesticides chimiques. De sa rencontre avec Jean Boucher en 1963 naîtra la méthode Lemaire-Boucher qui consiste notamment à utiliser un engrais organique à base d’algues commercialisé sous le nom de Calmagol. Cet engrais était censé favoriser des « transmutations biologiques » découvertes par le Pr Louis Kervran, mais dont l’existence a été scientifiquement démentie. Raoul Lemaire fait également la promotion de l’agriculture biologique, en étant membre de différentes associations comme l’Association française d’agriculture biologique (AFAB, créée en 1962) et l’Association française pour une alimentation naturelle (AFRAN) du Dr Bas. Parallèlement à sa défense de l’agriculture biologique, Raoul Lemaire est très engagé politiquement. Après la Seconde Guerre mondiale, il se rapproche de Pierre Poujade et de son Union de défense des commerçants et artisans. Raoul Lemaire devient président de l’Union de défense des agriculteurs de France (UDAF), mouvement agricole poujadiste, et se présente sous ces couleurs aux élections législatives de 1956 et de 1958. C’est à la même époque qu’il se lie d’amitié avec l’écrivain d’extrême droite Henry Coston. En 1957, Raoul Lemaire préside le Rassemblement paysan créé à l’initiative d’Henri Dorgères, créateur en 1935 du mouvement réactionnaire des Chemises vertes puis nommé dès 1940 délégué général à l’organisation et à la propagande de la Corporation paysanne par le maréchal Pétain.